Menu
Alt image
FestivalArmenien_logo
Stacks Image 2003
Alt image
dateGenocide
Stacks Image 2006
Stacks Image 2034

La 6e édition du festival arménien (1 au 4 octobre 2015) est dédiée au 100e anniversaire de commémoration du génocide des Arméniens (1915).

Il sera jumelé cette année à un colloque scientifique interdisciplinaire organisé à l’Université de Moncton sur « Les représentations du génocide arménien et des crimes de masse », du 1 au 3 octobre 2015. Deux événements majeurs pour commémorer grandement ce centenaire à Moncton, pour se souvenir, sensibiliser la population, comprendre et exiger... mais aussi, fêter la survie d’un peuple et d’une culture qui a failli être anéantie. Pour cela, vous est proposé un programme riche, ralliant à la fois des recherches scientifiques, une marche contre les génocides, plantation d’arbre et mémorial, de la danse, de la musique, un concert de chants sacrés arméniens, un festival de film ainsi que des expositions d’artistes visuels arméniens de renom, de photos et caricatures de premières pages de journaux d’époques provenant des archives du Musée du Génocide arménien.
  • Stacks Image 2366
  • Stacks Image 2369
  • Stacks Image 2372
  • Stacks Image 2376
  • Stacks Image 2380
  • Stacks Image 2384
  • Stacks Image 2388
  • Stacks Image 2392
  • Stacks Image 2396
Premier génocide du 20e siècle, ce génocide commis par les jeunes-turcs à la fin de l’Empire ottoman contre la minorité arménienne chrétienne a fait plus d’un million et demi de morts, exécutés ou décédés dans des conditions atroces, avec une barbarie inimaginable, sur les chemins de la déportation dans le désert syrien. La quasi-totalité des survivants s’est exilée et s’est dispersée dans le monde entier constituant ainsi la grande diaspora arménienne. Plusieurs ont survécu dans la Turquie actuelle en se convertissant de force à la religion musulmane et en étouffant leur arménité. Trois générations plus tard, la plupart de leurs descendants ne savent même plus qu’ils sont d'origine arménienne. Ce crime reste toujours impuni et malgré les preuves et sa reconnaissance par plus de 20 pays, la Turquie nie toujours ce génocide, continuant ainsi par son déni, à le perpétrer.